lundi 28 mars 2011

Le Lapin et le Tigre (une conte coréenne)

Il était une fois un Tigre affamé qui voulait dévorer un Lapin trois fois plus malin que lui...

Lors de leur première rencontre, alors que le Tigre s’apprêtait à dévorer le pauvre Lapin, ce dernier présenta au Tigre, 11 petits cailloux ronds qu’il avait ramassés, et lui jura qu’ils étaient particulièrement délicieux à manger, mais qu’il fallait les préparer et les cuire jusqu’à ce qu’ils deviennent tout rouge. Le Tigre semblait intéressé par cette proposition alléchante… Le Lapin s’absenta ensuite un moment en disant qu’il allait chercher de la sauce de soja pour accompagner le met délicieux, et que le Tigre devait surtout attendre qu’il revienne avant de les manger ; ce faisant, le Lapin rappela bien au Tigre qu’il y avait seulement 10 parts à partager entre eux. 
Le Tigre se rendit compte alors qu’il y avait en fait 11 cailloux et décida d’avaler, ni vu ni connu, celui qui restait en surplus. Rougis par le feu du caillou incandescent, sa gorge et son estomac s’enflammèrent, et il s’enfuit en rugissant, incapable d’avaler le moindre aliment pendant 1 mois entier…
Un peu plus tard, le Tigre rencontra à nouveau le Lapin et dit qu’il était tellement affamé et en colère, qu’il n’allait faire de lui qu’une bouchée, et que ça en serait fini du sinistre farceur! Cependant, le Lapin lui répondit calmement que pour sa part, il était en train de chasser des moineaux, et que ces animaux-là étaient des volatiles bien goûteux. Il suggéra alors au Tigre de regarder en l’air et d’ouvrir la bouche pendant que lui, rabattrait les moineaux vers sa gueule grande ouverte. 
Convaincu à l’idée du festin à venir, le Tigre fit cela, alors que le Lapin en profita pour mettre le feu aux broussailles alentours. Le craquement des brindilles sèches  s’embrasant, résonna alors dans le ciel comme le vol de milliers d’oiseaux. Le Lapin demanda alors au Tigre s’il pouvait entendre tous ces moineaux voler, puis il détala aussi sec. Le Tigre finit par se rendre compte de la chaleur qui montait, pris conscience de la situation et parvient à s’extirper in extremis des flammes qui commençaient à le lécher de très près. Sa fourrure fut bien roussie et il dut rester plusieurs semaines, tapi dans sa tanière.
Un jour d’hiver, après que sa fourrure ait repoussée, le Tigre partit chasser et rencontra une troisième fois le Lapin farceur. Le Tigre était bien sûr furieux d’avoir été piégé 2 fois. Le Lapin prenant un  air désolé, lui dit qu’il avait juste essayé de l’aider, et lui proposa, pour se rattraper, de l’aider à capturer des poissons. 

Le Tigre, toujours en colère mais finalement sensible aux regrets du Lapin, lui demanda quelle était la méthode qu’il proposait. Le Lapin lui dit alors qu’il fallait simplement qu’il plonge sa queue dans l’eau de la rivière, afin de s’en servir comme d’une canne à pêche. Il lui dit aussi de fermer les yeux et de rester totalement calme et immobile, afin de ne pas effrayer les poissons. 

Le Lapin expliqua alors qu’il rabattrait les poissons vers la queue du tigre, qui pourrait alors les ferrer. Mais bientôt, prise par le froid, la rivière commença à geler. Le Lapin dit au Tigre qu’il fallait qu’il relève sa queue afin de vérifier le résultat. Le Tigre finit par dire que sa queue, prise dans la glace, était trop lourde. Le Lapin s’enfuit alors en  criant bien fort à la ronde, que le Tigre était trop prétentieux et qu’il ne pourrait jamais s’échapper. 

Le matin suivant, les villageois capturèrent le Tigre…

Aucun commentaire: