mercredi 30 mai 2012

Comment ça va pour les seniors coréens en couple ?

Seraient-ils si différents des français seniors?

Que lui dit-elle? 
Beaucoup de coréens imaginent que dans un couple français, chacun a un amant ou une maîtresse, ou que les français disent à leur conjoint respectif, «Adios!» pour un 'oui' ou pour un 'non'!... Certains avancent même que les français ont l’infidélité dans leurs gènes! En règle générale, certains parmi nous veulent (ou s’imaginent) que l’autre est si différent par rapport à eux-même. Cela rend l’autre attirant, tout en rendant en même temps sa propre vie beaucoup plus rassurante et raisonnable.         




Beaucoup de nouveaux mots ou expressions ont fait leur apparition dans la société coréenne après la crise asiatique de 1997 (en Corée, on désigne cette crise par « la période IMF – Fonds monétaire international »): le chômage (le fait existait mais le mot n'était jamais employé, dans une économie de plein emploi), le chômeur, le SDF et « le divorce au crépuscule »…


Sur le papier : Divorce

Ce joli mot « le divorce au crépuscule » désigne le divorce intervenu au sein d'un couple ayant partagé plus de 20 années de vie commune. Au crépuscule du 20e siècle, les coréens ont découvert consternés qu’un couple de séniors (plus de 50 ans) pouvait se séparer.

Contrairement à la ville (comme Séoul), à la campagne, le couple dure... 

Suite à la crise économique, la notion d’emploi à vie étant devenue virtuelle, beaucoup d’hommes quinquagénaires se trouvèrent sans travail, pour lequel ils avaient pourtant sacrifié la majorité de leur jeunesse. Le chômage étant tout nouveau pour tout le monde, ni la société ni la famille n’était prête à gérer cette situation. Face à un époux déprimé, sur les nerfs et toujours à la maison, certaines épouses commencèrent à demander le divorce. 


Beaucoup de centres sportifs gérés par les municipalités
propsosent aux seniors des activités gratuites


Certains ont critiqué ces femmes en les qualifiant de vénales et mercantiles. Mais assez rapidement, l’opinion publique est devenue plus compréhensive (« oui, un mari toujours au boulot, il n’y a aucun amour… » ou « avant que ça soit trop tard, elle doit vivre sa vie heureuse… »).

On reste toujours connecté....

Mais au bout de 15 ans, le divorce au crépuscule est accepté comme un des comportements sociétaux de notre temps. Selon les études de KOSTAT (l’INSEE coréen), parmi les couples de Séoul, le taux de divorce au crépuscule dépasse depuis 2010, celui des divorces intervenus après 4 ans de mariage.


Le poster d'un film sorti en 2002 dont le sujet était la sexualité des seniors

Un changement notable est l’influence des enfants sur ce divorce au crépuscule. Avant les enfants persuadaient l’intéressé(e) de ne pas entamer la procédure de divorce, en lui rappelant la vertu de la patience. Maintenant ce sont des enfants qui encouragent le divorce et accompagnent le (la) demandeur (se) chez l’avocat. Souvent ce sont les filles qui soutiennent leurs mères dans cette démarche.   

Une cérémonie de mariages groupés financée par la miniciaplité

Un autre phénomène nouveau résultant de l’augmentation du divorce au crépuscule est la hausse du mariage au crépuscule (!). Le temps où les seniors en veuvage ou divorcés  vivaient seuls en craignant pour leurs enfants les complications de l’héritage suite à une éventuelle union, est révolu. Avec l’allongement de vie, les seniors coréens ne se sentent plus comme des 'seniors' et veulent pleinement profiter de leur vie (et ils ont raison !).   


Un film adapté d'une BD
qui parle avec beaucoup de sensibilité de l'amour de nos aînés

Aucun commentaire: