vendredi 4 mai 2012

Hanbok (habit traditionnel coréen) en miniature

Le tissu en teintures naturelles 

Une étonnante exposition a eu lieu en ce moment à Séoul en Corée.
Il s'agit d'une expo adorable de poupées 
en habits traditionnels confectionnés dans tous leurs détails originaux, par la designer de Hanbok KIM Bok-Hee.   


Hanbok hivernal.
Le haut est confectionné selon la méthode Nubi (couture fine avec rembourage)

La proportion du corps de femme étant respectée, 
certaines visiteuses, 
tombées sous le charme de la beauté du Hanbok, 
ont pu commander des vêtements identiques en taille réelle.

Tout est dans le détail.
Le cache-mains et le Norigae sont de style Jokakbo

La créatrice révèle qu'elle a pu trouver sa raison d'être 
dans la couture, 
et les nuits blanches passées devant ses tissus 
étaient pour elle un bonheur total 
malgré la fatigue. 

La poupée soulève un pan de sa robe
pour faire apparaître un jupon arc-en-ciel.

Dans le temps où les femmes confectionnaient 
les habits pour toute la famille, 
la couture était certainement une corvée 
mais était aussi, selon des témoignages littéraires, 
un moment intense de création et de réflexion. 
    
Quelle beauté, cette couleur verte tendre!

On appelait 
"Sept amies de la femme 규중칠우
les 7 outils de la couture : 
fil, aiguille, dès, paire de ciseaux, règle, fer à repasser 
et fer à repasser spécifique 
(un outil avec un manche long et un bout de formes diverses et variées, 
pour un repassage délicat d'une toute petite surface du vêtement). 
  
Une soie magnifique

Un essai dont l'auteure n'est pas identifiée, raconte 
une dispute houleuse entre ces "7 amies de la femme". 
Pendant que la propriétaire fait une sieste, 
ces 7 outils se vantent chacun de l'importance respective de leur rôle. 
L'auteure a voulu sûrement critiquer 
le petitesse vaniteuse des humains!  

Quelle patience pour la broderie du haut

Au 18e siècle, Mme You écrit un essai dédié à sa dernière aiguille coupée en deux조침문. L'anthropomorphisme (un style très apprécié à cette époque) rend cette histoire captivante, mais l'auteure y a aussi glissé sa tristesse d'avoir perdu son mari. L'histoire raconte la rencontre avec ses aiguilles (offertes par un oncle), leur relation étroite (les nuits longues d'une veuve sans enfants), le talent des aiguilles, la fin des aiguilles et la promesse d'une retrouvaille dans l'au-delà. 


Aucun commentaire: