mardi 2 octobre 2012

L’angoisse de Noël, ça vous dit quelques chose ? En Corée, c'est l’angoisse de Chuseok...



Cette année, Chuseok (appelé aussi Hangawi 한가위 - la plus grande fête traditionnelle de la Corée du Sud) est tombé le 30 septembre (le 15 août lunaire)... Cette fête dure officiellement 3 jours ; la veille, le jour de Chuseok et le lendemain. Mais les préparatifs (surtout l’achat des cadeaux et des produits alimentaires spéciaux) commencent déjà bien avant cette date...

Les enfants apprennent l'ancienne révérence devant une table dédiée aux ancêtres.


Cette fête célèbre les récoltes (vestige de l'ancienne Corée agricole) et est également une importante occasion de remercier les aïeux qui veillent sur leurs descendants. 

Entre autres, on peut déguster
 différentes gourmandises élaborées à base de riz

Pour cela, les Coréens se réunissent en famille à la fois pour organiser une cérémonie dédiés aux ancêtres, mais aussi pour déguster des plats délicieux (en abondance!...).

Les plats pour Chuseok
du Haut en bas :
Travers de boeuf marinés, diverses galettes, différentes herbes et brochettes 

C’est aussi une grande période d’échanges de cadeaux entre des entreprises ou au sein des entreprises, entre des amis et entre les proches. Le volume des livraisons express explosent et le ballet incessant de camions ou de motos de livraison se déploie partout dans le pays. 

Les livreurs coréens si rapide...!

Au sein des entreprises, c’est la Direction qui offre des cadeaux à son personnel. Entre les proches, ce sont les cadets qui en offrent à leurs aînés. Au sein d’une même famille, ce sont les enfants qui en offrent aux parents. Cette coutume ne concerne que les adultes



Tous les grands magasins ou les supermarchés (physiques ou virtuels) proposent de nombres coffrets cadeaux divers et variés, bien avant la fête.        



A l’instar de Noël en France, cette fête des récoltes est certes une occasion de plaisirs (les retrouvailles familliales, l’échange de cadeaux et la dégustation des plats spéciaux) ; mais elle est aussi parfois une source de conflit entre les membres d’une famille, de stress pour les femmes mariées (surtout celles qui doivent s’occuper des préparatifs chez leur belle-famille), d’angoisse pour les célibataires, de casse-têtes pour le choix de cadeaux, et dans une moindre mesure, d’inquiétude pour l'excédent de poids pris durant ces festivités.

Toute la famille peut participer aux prépartifs dans la bonne humeur... 

En France, on connait bien le stress et l’angoisse créés par la fête de Noël. Selon les familles, tout peut se passer à merveille mais tout peut aussi déraper à tout moment. C’est pareil pour les familles coréennes... ! Certaines familles en viennent même jusqu’aux mains devant la table préparée en honneur de leurs aïeux...

Une table dédiée aux aïeux 

Le stress des femmes coréennes est bien connu sous le nom de « syndrome des fêtes traditionnelles ». Beaucoup de femmes mariées doivent participer aux préparatifs de fête chez leur belle-famille. Tous les plats spéciaux pour la fête sont cuisinés avec soin à domicile et cette charges incombe systématiquement aux femmes... Une belle-fille doit assister sa belle-mère et leur relation n’est pas toujours très tendre. 

Entre la belle-mère et sa belle-fille, la relation PEUT être respecteuse ET amicale.  

La belle-fille se rend chez ses parents le lendemain de la fête et profite des plats préparés par sa belle-sœur (épouse de son frère) sous la direction de sa propre mère (!). Ce syndrome se traduit par la fatigue physique et psychique, la dépression, l’hyper-sensibilité, des courbature et des maux de tête. De nos jours, beaucoup de familles ont recours aux traiteurs et cela diminue considérablement les charges réservées aux femmes coréennes...         

En un seul clic pour recevoir des aliments préparés ou cuisinés  pour la fête

Les célibataires trentenaires ou quadragénaires sont les victimes collatérales de cette fête traditionnelle. 

Beaucoup de célibataires rêvent de se rendre en couple
à la réunion familiale  de Chuseok 

Lors de cette grande réunion familiale, chaque proche leur pose la question qui fâche « c’est quand on peut déguster du Guksou grâce à toi ? ». Cette expression veut dire « quand tu vas te marier ? » ; le Guksou est une soupe de nouilles très fines à base de riz que l’on offrait aux invités au banquet de mariage. De surcroît à cette question incessante, les célibataires doivent venir en aide aux préparatifs sous prétexte qu'ils n’ont pas d’enfants ou de belle-famille.

Guksou

Certains célibataires prennent une décision radicale : ne plus participer aux festivités! Beaucoup de grands hôtels proposent des séjours spéciaux pour cette période de fête, pour les célibataires. 

Une chambre d'hôtel avec vue à Namsan

Tous les voyagistes commercialisent des produits destinés aux célibataires désireux d’être loin de famille pendant cette festivité. Taïwan, Hong-Kong et Macao sont les destinations les plus prisés des célibataires anti-Chuseok, dont les deux tiers sont les femmes. 


Des multiplexes de cinéma restent toujours un refuge idéal. On peut passer une journée entière dans ces complexes : plusieurs salles de cinéma, des boutiques, des restaurants, des galleries… En plus, Chuseok est une période où de nombreux nouveaux films sortent . 

Les célibataires qui vont au temple....

Plus étonnant encore, même certains temples bouddhistes organisent des séjours spéciaux dédiés aux célibataires, pour leur offrir un moment de sérénité et de recul.

A la pleine pleine lune, les deux lapins travaillent au mortier pour broyer du riz! 



Aucun commentaire: